Psychologue

Je vais, sur cette page, vous parler de mon métier : psychologue clinicienne en libéral. Quelles études nous devons faire pour obtenir notre diplôme ? Quels rôles et quelles fonctions peuvent nous être attribués, en institution et en libéral ? Quelles réglementations et quel cadre légal régit notre profession ?

Je parle ici des psychologues en France. En effet, comme de nombreux autres métiers, celui de psychologue ne nécessite pas les mêmes études ni le même cadre légal dans d’autres pays.

 

Les « psys »

Il existe différent.es « psys », en libéral ou salariés, spécialistes du psychisme: psychologues, psychiatres, psychothérapeutes, psychanalystes.

Concernant les psychologues, la définition de Wikipedia est assez claire. Nous sommes diplômé.es en psychologie clinique, faisant de nous des spécialistes du comportement, des émotions et des cognitions de l’être humain. Nous sommes psychothérapeutes à partir du moment où nous sommes aussi cliniciens. Le titre de psychologue est protégé et réglementé. En tant que psychologues, nous prenons en charge nos patients dans leur vie « normale et pathologique ». En effet, on peut consulter un.e psychologue lorsque l’on a une pathologie psychique diagnostiquées, mais aussi lorsque l’on se sent troublé.e, lorsque l’on ressent le besoin d’être accompagné.e.

Les psychiatres sont des médecins (Bac + 8) qui se sont spécialisés en psychiatrie (deux ans d’études supplémentaires). Les psychiatres sont habilités à prescrire et sont aussi psychothérapeutes.

Le titre de psychothérapeute n’est réglementé que depuis 2010. Il est important de s’informer sur la formation et l’expérience d’une personne affichant « psychothérapeute » sur sa plaque sans autre mention (psychologue, psychiatre). Les psychothérapeutes diplômés sont habilités à proposer des psychothérapies, des prises en charge non médicamenteuses de troubles psychiques dans le but de guérir ces derniers.

Les psychanalystes sont des professionnels formés à la cure psychanalytique. Le titre de psychanalyste n’est pas protégé. Aussi est-il important de s’assurer de l’expérience et de la formation de son psychanalyste. La psychanalyse est l’un des nombreux courant de pensée auxquels se rattachent les psychologues, les psychiatres et les psychothérapeutes. Pour ma part, bien que je reconnaisse quelques principes de base de la psychanalyse (Inconscient, transfert…), elle n’est pas le courant de pensée auquel je me réfère dans ma pratique.

 

Quelles études ?

En France, pour devenir psychologue clinicien, il faut avoir suivi un cursus universitaire (à la Faculté de psychologie de Bordeaux par exemple) de cinq années après le baccalauréat : une licence de psychologie suivie d’un Master 2 professionnel de psychologie (ou un Master 2 recherches accompagné d’une équivalence). De plus, il faut justifier d’au moins 500 heures de stage professionnel réalisées à l’issue des deux années de Master. Ces études peuvent être réalisées à l’université ou l’Ecole des psychologues praticiens (il n'y en a pas à Bordeaux) qui délivre un diplôme de psychologue reconnu par l’Etat à l’issue des cinq années d’études réglementaires. En ce qui me concerne, mes différents diplômes et expériences font de moi une psychologue clinicienne, spécialiste de la gérontologie et de la périnatalité. Vous pouvez retrouver mon parcours sur ma page Linkedin

 

Domaines d’intervention

En fonction de ses références théoriques, le ou la psychologue oriente sa pratique dans le but d’améliorer l’état psychique de ses patients, en accord avec ces derniers. Il existe différents courants de pensée en psychologie auxquels les psychologues peuvent se référer. Vous pouvez tout à fait demander à votre psychologue quelle est son école de pensée.

Les psychologues peuvent intervenir en institution privée ou publique, au sein d’associations, et en libéral. Les psychologues proposent de plus en plus une prise en charge à distance, en ligne, via des télé-consultations. Les psychologues interviennent auprès d’un public divers (enfants, adolescents, adultes, personnes âgées), en fonction de sujets et/ou de problématiques bien différents : couple, parents, grossesse, aidants familiaux, handicap… Ils ou elles peuvent travailler en entretien individuel ou en groupes.

Les psychologues doivent être capables, en fonction de leur formation et de là où ils ou elles travaillent, de :

  • Elaborer des interventions psychologiques à visée préventive et curative auprès de leurs patients

  • Analyser les besoins des patient.es et les demandes d’interventions émanant d’autres professionnel.les (de l’équipe ou en dehors)

  • Informer sur le fonctionnement psychique de leurs patients (dans le respect du secret professionnel, lors de réunion d’équipe notamment, ou en supervision)

  • Pratiquer des évaluations de personnalité, de comportement et de cognition au cours de bilans psychologiques et psychométriques

  • Proposer des formations et des analyses des pratiques professionnelles à des équipes pluridisciplinaires

  • Pratiquer des entretiens individuels

  • Pratiquer des ateliers en groupes, des groupes de parole

  • Proposer des psychothérapies individuelles

  • Réaliser des études et des recherches en psychologie

  • Réfléchir à leur propre pratique (groupes de réflexion, supervision ou covision entre professionnel.les…)

 

Les prises en charge des psychologues

La psychothérapie

Que ça soit en institution ou en libéral, les psychologues ciniciens peuvent prendre en charge leurs patients au cours de psychothérapies. Il s’agit là de proposer une thérapie psychologique : c’est un travail sur soi, sur ses pensées, ses émotions, ses comportements. De plus en plus de psychologues cliniciens en libéral proposent aussi une prise en charge en ligne, via des télé-consultations. 

La psychothérapie peut être envisagée pour faire face à des troubles psychiques, à des difficultés d’ordre personnel ou professionnel, et pour prévenir et dépister d’éventuels troubles du développement.

Une autre forme de psychothérapie est la rééducation, notamment autour des troubles du développement et des troubles neuropsychologiques. En général formé.es à la neuropsychologie (l’une des spécialités des Masters de psychologie, mais aussi un Diplôme universitaire), ces psychologues spécialistes des troubles neuropsychologiques proposent des prises en charge s’appuyant sur des exercices, des jeux, et travaillent souvent en ateliers au sein d’hôpitaux de jour thérapeutiques ou de cliniques de soins de suite et de réadaptation.

Le conseil ou l’orientation

Dans le domaine de l’orientation scolaire et professionnelle, les psychologues peuvent être amené.es à guider les personnes dans leur choix d’une formation ou d’une profession.

Les psychologues de l’éducation nationale interviennent lors de difficultés scolaires, de difficultés d’intégration des élèves (soutien psychologique individuel, intervention auprès des équipes éducatives).

Dans les services de ressources humaines de certaines entreprises, les psychologues peuvent intervenir lors de recrutements (établir et réaliser des tests psychométriques, mener des entretiens…), de formation, d’organisation du travail (psychologie du travail, ergonomie) et de gestion des ressources humaines.

Les psychologues peuvent aussi conseiller et soutenir l’entourage des patients. En général, un.e psychologue n’est le ou la psychologue que d’un seul membre d’une même famille, afin d’éviter des biais et d’établir un véritable lien de confiance avec son ou sa patiente. En revanche, il est tout à fait possible de recevoir les membres de la famille de son ou de sa patient.e afin d’éclairer sur le fonctionnement de ce dernier par exemple. Il en est de même pour les équipes médicales et paramédicales travaillant auprès de ce patient. L’objectif est toujours le mieux-être du patient.

 

L’évaluation psychologique

Les psychologues peuvent être amenés à évaluer le fonctionnement psychique et neuropsychologique de leurs patients à l’aide d’entretiens et de tests. Il est important que le ou la psychologue intervenant dans ce champ soit formé.e à la passation, à l’analyse et à l’interprétation des tests choisis. L'évaluation psychologique, en général, ne se fait pas en ligne via des télé-consultations. En France, les psychologues cliniciens ne posent pas de diagnostic médical (nous ne sommes pas médecins), mais il nous est possible de poser un diagnostic psychologique (un diagnostic portant sur l’évaluation des émotions, des pensées et des comportements de la personne), étant spécialistes du psychisme. D’ailleurs de nombreux médecins font appel aux psychologues afin d’éclairer leur propre diagnostic.

 

La recherche

Les psychologues cliniciens peuvent aussi faire de la recherche.

Petite précision : pour faire un Doctorat de psychologie, il est indispensable d’avoir un Master 2 Recherche (et non Professionnel).

Cependant la recherche ne s’arrête pas aux thèses universitaires. Les psychologues peuvent être amené.es à faire des recherches, en lien avec leur pratique professionnelle ou non, dans tous les domaines de la psychologie, à l’université, dans des services de recherche appliquée, mais aussi pour écrire des articles, intervenir en formations, etc.

A ce titre, en France, les psychologues travaillant en milieu hospitalier peuvent bénéficier du temps FIR (Formation, Information, Recherche). Il s’agit de consacrer un tiers de son temps de travail à l’une de ces trois activités afin de mettre à jour ses connaissances et d’accompagner la formation des futur.es psychologue. En effet les psychologues sont régulièrement amenés à accueillir des étudiant.es stagiaires. En pratique, c’est souvent selon le bon vouloir de son ou de sa médecin chef.fe de service.

 

Le remboursement de la prise en charge psychologique en France

Pour le moment, l’Assurance maladie ne prend pas en charge les consultations auprès d’un.e psychologue dans le privé. Si vous voulez bénéficier d’une prise en charge par l’Assurance maladie, vous devez consulter auprès d’un Centre médico-psychologique (CMP) ou dans un hôpital public, en respectant le parcours de soins (vous devrez passer par votre médecin traitant). Cependant les délais peuvent être très longs et certains établissements sélectionnent leurs patients en fonction de critères « d’urgence et de gravité ». Le remboursement de certaines consultations chez un.e psychologue, dans certains cas, est en cours dans quelques départements français (hélas pas sur Bordeaux), afin de tester la faisabilité d'une prise en charge pérenne par l'Assurance maladie

Certaines mutuelles proposent la prise en charge de vos séances chez un.e psychologue (même en ligne, via les télé-consultations) : n’hésitez pas à les contacter et à regarder les conditions de prise en charge de votre complémentaire santé. C’est souvent sous forme de forfait, en fonction d’un certain nombre de séances par an.

Ayant conscience de l’investissement financier de séances de suivi psychologique, je propose un tarif solidaire aux personnes n’étant pas soumises à l’impôt sur le revenu, sur présentation du dernier avis d’imposition. Vous pouvez prendre rendez-vous avec mois sur ma page Doctolib.

 

Réglementation et cadre légal

Le titre de psychologue est protégé et reconnu par l’Etat depuis 1985.

Les psychologues doivent se faire enregistrer sur la liste Adeli de l’Agence régionale de santé de leur département. C’est une liste accessible au public des personnels médicaux, paramédicaux, et exerçant une activité relative à la santé (comme les psychologues). Les psychologues n’interviennent pas sur prescription médicale parce qu’ils ne sont pas des auxiliaires médicaux. Il est donc possible de consulter un.e psychologue sans prescription médicale. Les psychologues peuvent établir eux-mêmes un diagnostic et un traitement psychologiques.

Bien qu’il ne soit pas réglementé et n’ait pas de valeur juridique, le Code de Déontologie est un texte auquel les psychologues acceptent de se référer dans l’exercice de leur profession (cf. site de la FFPP). Les règles dictées par le Code de Déontologie « protègent le public des mésusages de la psychologie et de l'utilisation de méthodes et techniques se réclamant abusivement de la psychologie » (vous pouvez, à ce sujet, consulter mon post).

Il n’existe pas d’Ordre des psychologues, ni de Haut Conseil des psychologues. La création d’une telle instance est encore réfléchie au sein des associations, fédérations et syndicats mais elle ne fait pas l’unanimité.

 

Les organisations professionnelles

En France, plusieurs associations nationales de psychologues se sont regroupées au sein de la Fédération Française des Psychologues et de Psychologie (FFPP). Il existe de plus des syndicats de psychologues auxquels les psychologues peuvent choisir ou non d’adhérer. Pour ma part, j’ai choisi d’adhérer à la FFPP, qui n’est pas un syndicat, et qui est représentée en Nouvelle-Aquitaine et sur Bordeaux.

Vous pouvez consulter les sites suivants pour plus d'informations sur le sujet: 

https://www.ameli.fr/

https://www.caf.fr/

https://www.psychologue.net/

https://solidarites-sante.gouv.fr/

https://www.prevention-medicale.org/

LE CABINET

Cabinet MUSE

6 rue Louis Emié, Bordeaux

HORAIRES

Du lundi au vendredi

De 9h à 19h sur rendez-vous

PRENDRE RENDEZ-VOUS

Doctolib.fr

06 38 01 91 59