Rechercher
  • Véronique Borgel-larchevêque

Différentes orientations de la psychologie

La psychologie clinique est une discipline encore très récente qui ne cesse de se développer. Dans un précédent article, j’ai fait la distinction entre les différents «psys». Quand on décide de consulter un.e psychologue, je sais comme il peut être difficile de trouver la bonne personne. Je vous conseille vivement de vous renseigner sur internet, par téléphone, via votre réseau, sur la ou le psychologue que vous aurez choisi.e afin de trouver celle ou celui qui vous correspondra le mieux.


En psychologie clinique, il existe différentes approches et courants de pensée. Je vais vous en faire une liste la plus claire possible. Elle ne sera pas exhaustive, car il existe de nombreuses façons de pratiquer la psychologie. Et beaucoup de psychologues se réfèrent à plusieurs approches dans leur pratique (ils parlent d’approche intégrative). N’hésitez pas à leur demander par téléphone ou lors de votre première consultation!


Toutes ces orientations se valent, tant qu’elles sont pratiquées par des personnes formées, au clair avec leurs propres limites. Selon qui vous êtes et votre vécu, une de ces approches vous semblera peut-être plus adaptée qu’une autre. Peut-être que vous passerez de l’une à l’autre au cours de votre vie.


L’orientation cognitivo-comportementale


L’orientation cognitivo-comportementale considère que les émotions découlent de pensées et/ou de comportements inadaptés acquis et appris au cours de la vie et des expériences passées. Il s’agit donc de travailler sur ces pensées (cognitions) et sur ces comportements inadaptés qui parasitent le fonctionnement normal de la personne. L’objectif va être de modifier les pensées et les comportements, et donc les émotions qui leur sont liées.


En pratique, les psychologues travaillant avec cette approche proposent des prises en charge plutôt courtes (sur quelques semaines ou mois) et agissent selon des protocoles standardisés, avec des évaluations en début, en cours et en fin de thérapie.


Durant une thérapie cognitivo-comportementale, l’entretien est plutôt directif (dirigé par le ou la psychologue, avec des questions). Il va s’agir, avec son ou sa psychologue, de repérer les comportements et les pensées inadaptés, et de les modifier en apprenant des comportements et des pensées plus adaptés.


L’orientation existentielle-humaniste


Les psychologues d’orientation existentielle-humaniste considèrent que la personne possède en elle-même les ressources nécessaires à son bien-être. On parle aussi d’approche centrée sur la personne. L’objectif de cette approche est d’amener la personne à prendre conscience de ses difficultés. Une fois que ces difficultés seront comprises, il sera alors possible pour elle de prendre ses propres décisions.


Les entretiens dans une thérapie existentielle-humaniste sont plus ou moins directifs et nécessitent que le ou la psychologue pose des questions, tout en laissant un certain temps de réflexion à son ou sa patient.e, afin que la réponse vienne d’elle-même.


L’orientation psychodynamique-analytique


Cette orientation est inspirée de la psychanalyse et de la notion d’Inconscient. Cette approche considère qu’il existe des liens entre les expériences présentes et les conflits non résolus dans le passé. Ces thérapies sont souvent longues car elles demandent de prendre conscience au fur et à mesure de ce qui a été refoulé, de le comprendre et de le résoudre. L’histoire infantile a un rôle très important dans l’orientation psychodynamique-analytique car elle est considérée comme un fondement de la construction de la personnalité.


En pratique, le ou la psychologue d’orientation psychodynamique-analytique interprète le discours des patients qui doivent laisser libre cours à la libre association (dire ce qui leur vient à l’esprit, sans retenue)


L’orientation systémique-interactionnelle


Cette approche considère que les problèmes personnels d’une personne sont la conséquence des interactions de cette personne avec son entourage. Chaque personne fait partie d’un système (couple, famille, équipe de travail…) qui cherche à maintenir son équilibre, parfois au détriment d’un ou de plusieurs membres de ce système. Il s’agit alors de modifier les relations et le fonctionnement de celles-ci afin d’arriver à un équilibre plus sain pour chaque membre du système.

En pratique, il est donc courant que le ou la psychologue rencontre les autres membres du système au cours de la thérapie.


Autres orientations


Il existe d'autres orientations de la psychologie qui s'appuient, pour la plupart, sur les orientations que je vous ai définies plus haut. Elles intègrent souvent différentes pratiques et méthodes des approches existantes afin de s'adapter au mieux aux psychologues et à leurs patient.es.


Comme déjà dit en introduction, n'hésitez pas à demander plus d'information aux psychologues que vous contactez afin de connaître et de comprendre leurs pratiques. Chaque approche peut avoir ses avantages et ses inconvénients, en fonction de la personne, du moment où l'on entreprend sa thérapie, et de son propre vécu personnel.




115 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

On peut distinguer quatre formes de maltraitance : - La maltraitance physique - Les violences sexuelles - La maltraitance psychologique - Les négligences lourdes Je vais vous parler dans cet article d

Le réflexe d’éjection dysphorique (RED) : qu’est-ce que c’est ? Le réflexe d’éjection dysphorique est une perturbation brutale de l’humeur au moment du réflexe d’éjection du lait (au sein, au tire-lai

Depuis une bonne dizaine d’années on parle un peu plus des effets délétères des écrans sur les enfants. On s’appuie sur des recherches, des programmes de prévention sont lancés, et on essaie de propos